Semaine
de l’Amérique latine
et des Caraïbes 2021

Colloque International de Philosophie "Les habits neufs de la vie"

Colloque Philosophie Amérique latine et Caraïbes

Lundi 31 mai de 14:00 à 19:00

Mardi 1er juin de 14:00 à 19:00

Evénement mixte : en présentiel et en distanciel (voir les informations pratiques)

Organisé par "Université Paris 8" en partenariat avec "Laboratoire d’études et de recherches sur les logiques contemporaines de la philosophie de l’Université Paris 8 (LLCP), le Laboratoire du changement social et politique de Université de Paris (LCSP), l’Institut des Hautes Études Latino-américaines de l’Université Paris 3 (IHEAL), l’Institut de Droit Public, Sciences Politiques et Sociales (IDPS) de l’Université Sorbonne Paris Nord, la Red Internacional Pensamiento Crítico (RIPC), le Département de Philosophie de l’Université Autonome de Barcelone (Équipe de recherhe Justice et Démocratie), le Grecol-AL et la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH) dans le cadre de la Semaine de l’Amérique Latine et des Caraïbes avec le soutien de l’Université Paris Lumières (ComUE), avec la coopération de la Universidad de la República (Uruguay), Universidad de Chile, Universidad de Los Lagos, Universidad de Buenos Aires, Universidad del Atlántico (Barranquilla), Universitat Autònoma de Barcelona, Universidad de Valparaiso, École Normale Supérieure (Haïti), Universidad de Playa, Ancha et Universidad Austral (Valdivia) et le Séminaire Les Dialogues Philosophiques de la Maison de l’Amérique Latine.".

Description

Les habits neufs de la vie

Répondre à des demandes qui jailliraient partout comme étant des demandes de la vie elle-même paraît caractériser spécialement le moment que, justement, nous vivons. Voilà longtemps, certes, que, du lieu d’un couple asymétrique formé et forgé avec le concept, la vie avait commencé de dépoussiérer les conceptions de l’âme et de la conscience, de repenser la maîtrise et la possession de la nature par les sciences, de réorganiser le geste créateur en art, de soumettre à des règles et finalités différentes autant que divergentes les voies et apories de l’agrégation sociale et politique, de mettre la philosophie sur d’autres rails. Mais c’est aussi bien au cours de la dernière période que le "gouvernement des vivants" a pris un important relais des pensées du contrat et de la représentation. Que "la vie nue" a été révélée l’autre face de la violence souveraine. Que le soin et le souci pour le vivant se sont fait une place dans la pensée éthique. Que la dégradation continuelle des vies telles qu’elles mériteraient d’être vécues a été aperçue accomplir une obsolescence de l’homme. Que les luttes significatives contre le capitalisme choisissent de se tourner les unes après les autres vers le cœur vivant de que ce dernier détruit. Mais si la vie s’atteint par le truchement de vivants, c’est alors encore à travers des artefacts, des effigies, des nominations, des mythologies et en quelque sorte tout ce dont les vivants s’affublent, que les défenses et illustrations de la vie tels qu’ils insistent dans les mots, images et pensées qui nous environnent requièrent d’être accueillies et débattues : en prêtant l’oreille tant aux applaudissements de la foule par lesquels se maintiennent les espérances en du neuf, qu’aux questions innocentes et têtues qui désarment les apparences les mieux appareillées. Si en effet continuer de donner vie à la vie, c’est, avec le mouvement zapatiste rebaptiser aujourd’hui du nom de Slumil K’ajxemk’op le vieux continent européen ; si c’est avec les sujets transgenres identifier de nouveaux défilés de la différence sexuelle ; si c’est avec les chartes et marches en défense de la terre, de l’eau et de toutes les ressources naturelles de même qu’avec l’invocation de la responsabilité envers les générations futures rebattre toutes les cartes de l’éthique et du droit des nations ; si c’est avec les devenirs technoscientifiques voir se complexifier les échelles de réalité… alors il y a indiscutablement motif à débattre des habits dont nous continuons inventivement à savoir revêtir la vie pour que ne nous en échappe aucun de ses aspects les plus insaisissables qui semblent vouloir s’imposer depuis quelque temps comme les plus décisifs et les plus urgents à penser.

Informations pratiques

Rendez-vous sur le site de l’événement pour y assister.
Première session : le lundi 31 mai de 14h à 19h et le mardi 1er juin de 14h à 19h par visioconférence.
Deuxième session : le lundi 13, mardi 14 et mercredi 15 septembre de 9-19h à la Maison de l’Amérique Latine et à Paris 7

Entrée : Ouvert à tous dans la limite de la capacité d’accueil

Partager l'évènement

Twitter Facebook